Les péripéties tumultueuses d’un club pas comme les autres « Le Mouloudia » (13ème partie)par Abdelkader Mecebbeb

Kameio

Posted By The Authentic Mouloudéen

13 February 2016

 

Les péripéties tumultueuses d’un club pas comme les autres

« Le Mouloudia » (13ème partie)

par Abdelkader Mecebbeb

Même en qualité de président intérimaire, Yaïssi a montré des signes d’affolement au moindre problème. En fait, il n’avait pas tort quand il avait déclaré que le MCA était plus grand que lui et méritait un président d’envergure.En tout cas, ce n’est pas M. Hadj Taleb son successeur nommé par le conseil d'administration du club algérois qui allait être le président d’envergure .souhaité par Yaïssi. Il était devenu le 4ème président du club, depuis la prise du club par Sonatrach en été 2013, après ses prédécesseurs, Hocine Amrouche, Boumella et Yaici. Le président Hadj Taleb a accepté de prendre la présidence bien que tout le monde, parait-il n’en ait pas voulue. Sa désignation a intervenue après la nomination de Boualem Charef. Ce dernier disposait d’un contrat où il était écrit noir sur blanc qu’il avait carte blanche et par conséquent Hadj Taleb n’avait pas d’autres alternatives que d’accepter toutes ses demandes sans rouspéter. Relégué au seul rang d’observateur, Hadj Taleb ne savait pas sur quel pied danser et ne faisait que constater le parcours catastrophique de l’équipe. Le groupe était anéanti et réclamait le départ du coach. Après seulement 10 journées de championnat et surtout au lendemain de la défaite face au CR Belouizdad (2-0) dans le derby de la capitale, Charef avait compris qu’avec lui, le Mouloudia n’allait pas sortir la tête de l’eau et avait enfin démissionné. De plus, les membres du Conseil d'administration avaient voté pour le limogeage d'Hariti, mais ils avaient patienté jusqu'après le derby face au CRB pour annoncer cette décision. C'est le directeur technique sportif (DTS) du MCA,Boualem Laroum, qui avait assuré l'intérim d'entraîneur et n’avait pas fait mieux que Charef en perdant les 2 matchs qu’il a eu à diriger contre l’USMA et l’USMH. L’arrivée d’un entraineur de renom en la personne d’Artur Jorge accompagné de l’ancienne star du Brésil Valdo avait fait du bien au groupe en ce sens qu’ils ont su le remobiliser même si l’équipe avait perdu durant la dernière journée de l’aller contre le RCArbaa à Bologhine.Aussi, il faut savoir que la trêve hivernale avait fait beaucoup de bien à l’équipe dans la mesure où elle avait permis au staff technique de connaitre davantage les forces et faiblesses de chaque joueur et de travailler durement, notamment le côté psychologique, afin d’attaquer la deuxième moitié du championnat dans les meilleures conditions pour sauver le club du purgatoire. Sur insistance de Valdo, Hadj Taleb avait recruté le Brésilien Robinson. Il était aussi derrière la venue des camerounais Ngoula et Mendouga qui se sont tous révélés une grosse arnaque. Le comble de l’ironie, c’est quand il avait déclaré je cite : · ’’l’objectif est d’essayer d'améliorer les choses existantes au MCA. Nous allons essayer d'organiser au mieux la société. Nous allons faire en sorte d'aider le club à grandir et d'améliorer ses capacités sur le plan des ressources humaines et sur le plan financier." "Avec les membres du conseil d'administration on va arrêter le budget de la saison prochaine, qui sera estimé à 60 milliards de centimes". · " l'objectif du Mouloudia d'Alger lors de la nouvelle saison est de remporter le titre de championnat, aller le plus loin possible en Coupe d'Algérie et en Coupe de la CAF". Tout ce qu’il avait déclaré était de la poudre aux yeux sinon comment expliquer qu’avec 60 milliards de centimes, tous ses objectifs ont été ratés et surtout le Mouloudia allait jouer la relégation. Au vu de la situation critique du ''doyen'' qui avait terminé à la dernière place au classement durant la première tranche du championnat et après 6 mois à la tête du club, lui aussi avait compris qu’il devait partir. Il avait officialisé sa démission lors d'une réunion du Conseil d'administration (CA) du club mais conservait toujours sa place de membre. Celui-ci l’avait entériné et avait désigné son successeur, un enfant du club en la personne d’Abdelkrim Raissi.

Erit par Abdelkader Mecebbeb

pour la semaine du Doyen

Numero 29- Fev-2016

Tous droits réservé

A suivre…

Les péripéties tumultueuses d’un club pas comme les autres « Le Mouloudia » (43ème partie)